Comprendre l'étiquetage

Premiers secours pour les étiquettes

Vous avez envie de manger sainement et en toute connaissance de cause ? Vous vérifiez donc vraisemblablement l’étiquette sur l’emballage avec la plus grande attention. Mais à quel point les informations qui y sont reprises sont-elles claires et que signifient-elles précisément?

label-blueBien entendu, les emballages sont conçus pour vous séduire avec leurs jolies couleurs, leurs logos et leurs affirmations du type « bon pour la santé ». Mais comment être sûr qu’un produit l’est réellement?

Les ingrédients, le tableau de valeur nutritionnelle, les allergènes et les numéros E vous donnent toutes les données dont vous avez besoin, mais vous trouverez également toutes sortes d’informations plus pertinentes les unes que les autres.

 

 

1. Ingrédients

Que contient précisément un produit ?

Depuis décembre 2014, il est obligatoire de mentionner tous les ingrédients qui ont été utilisés pour fabriquer un produit. Malheureusement il n’est pas obligatoire de systématiquement en préciser la quantité, mais l’ordre des ingrédients doit aller du plus utilisé au moins utilisé. Dès lors, si le beurre est renseigné comme premier ingrédient d’un produit, cela signifie qu’il en est la composante principale.

Ne perdez pas non plus de vue le fait que certaines substances alimentaires ont plusieurs synonymes. Le sucre peut ainsi être appelé entre autres «fructose», «glucose» ou «dextrose».

 

2. Tableau des valeurs nutritionnelles

Que trouve-t-on dans le tableau des valeurs nutritionnelles ?

Le tableau des valeurs nutritionnelle repris sur l’étiquette constitue une excellente source pour vérifier la qualité nutritionnelle et la composition du produit, et pouvoir ainsi le comparer avec d’autres.

Depuis le 13 décembre 2016, il est obligatoire de mentionner les valeurs nutritionnelles suivantes pour 100 grammes ou 100 millilitres :

  • Valeurs énergétiques
  • Lipides (dont acides gras saturés)
  • Glucides (dont sucres)
  • Protéines
  • Sel

Certains autres nutriments, comme les vitamines, les minéraux ou les fibres, peuvent mais ne doivent pas obligatoirement être indiqués. Si le fabriquant décide tout de même de les mentionner, il doit alors respecter la quantité minimum obligatoire, à savoir 15 % des apports journaliers recommandés (AJR). Pour les boissons, cette quantité s’élève à 7,5 % minimum.

Également facultatif (mais pratique) : les valeurs nutritionnelles par portion et les apports de référence. En ce qui concerne ces derniers, l’icône des apports de référence constitue un outil très pratique pour une comparaison avec les valeurs de référence.

 

icons_energie

Valeur énergétique

Les nutriments sont une source d’énergie. Celle-ci est exprimée en deux unités différentes sur l’étiquette : en kcal (kilocalories) et en kJ (kilojoules). Les kilojoules sont principalement utilisés dans le monde scientifique tandis que l’usage du terme kilocalories est plus répandu. La conversion s’opère de la sorte : 1 kcal = 4,19 kJ

 

icons_koolhydraten

Glucides (dont sucres)

Il existe deux sortes de sucre : les sucres simples, ou « sucres rapides » et les sucres complexes ou « sucres lents ».
Le tableau de valeur nutritive donne la quantité totale de sucre présente dans le produit ainsi que la quantité de sucre simple.

L’amidon, ou « sucres lents », est en réalité plus sain parce qu’il est absorbé plus lentement par l’organisme. Les sucres simples, ou « sucres rapides », donnent quant à eux un coup de fouet mais leur résultat s’estompe plus rapidement et ils peuvent avoir une influence néfaste sur la glycémie.

La quantité d’amidon se calcule en soustrayant la quantité de sucres rapides à la quantité de glucides.

 

icons_vetten

Lipides (dont acides gras saturés)

Les lipides sont classés en trois catégories :

  • Acides gras insaturés
  • Acides gras saturés
  • Acides gras trans

Tous les aliments contiennent des acides gras saturés et insaturés, mais plus le taux de graisses insaturées contenues dans un produit est important, plus ce dernier est bon pour le cœur et les vaisseaux sanguins.

Le tableau de valeur nutritionnelle indique tant la quantité totale de graisses que de graisses saturées. Ainsi, la quantité de graisses insaturées contenues dans un produit se calcule en soustrayant la quantité de graisses saturées à la quantité totale de graisses.

 

icons_protein

Protéines

Les protéines sont les principales briques de l’organisme. Elles sont également une source d’énergie supplémentaire lorsque l’énergie issue des lipides ou des glucides vient à manquer.

Les protéines peuvent être d’origine animale ou végétale, mais cette distinction n’est pas précisée dans le tableau de valeur nutritionnelle.

 

icons_zout

Sel

1 gramme de sel de cuisine contient 0,4 gramme de sodium et 0,6 gramme de chlorure. La quantité de sodium est par conséquent toujours inférieure à celle du sel.

Le tableau de valeur nutritionnelle remplace parfois l’appellation sel par sodium. Depuis le 13 décembre 2016 il est obligatoire d’utiliser le mot sel dans les valeurs nutritives.

Apports de référence

Pour chaque nutriment, il existe des apports journaliers recommandés (AJR), ou apports de référence (AR). Les quantités peuvent varier en fonction des critères suivants : âge, poids, taille, sexe et niveau d’exercice physique.

Le tableau de valeur nutritionnelle précise aussi souvent la contribution d’une portion à la quantité journalière de nutriments recommandée pour un adulte moyen. Il se présente de la sorte:

Énergie / 2000 kcal
Protéines / 50 g
Glucides / 260 g
Sucres / 90 g
Lipides / 70 g
Lipides saturés / 20 g
Fibres / 25 g
Sodium (sel) / 2,4 g (6 g)

Taille des portions

Les valeurs indiquées dans le tableau de valeur nutritionnelle doivent obligatoirement être exprimées pour 100 grammes ou 100 millilitres. L’autre indication, certes facultative, est la valeur nutritionnelle par portion.

Elle peut être pratique mais il faut faire un minimum attention : la portion indiquée ne correspond pas nécessairement à la portion que vous allez vous servir. Par exemple, une portion de 30 grammes de céréales est vraiment très petite et bien moindre que celle qu’un individu moyen consomme au petit-déjeuner.

Pratique : icône des apports de référence
Les apports de référence ne sont pas uniquement indiqués dans un tableau ; en effet, cette icône pratique se trouve aussi sur de nombreuses étiquettes et permet de connaître immédiatement la composition du produit en comparaison à l’apport journalier recommandé :

swf_label_values_retina_background_FR

 

L’exemple ci-dessus doit être interprété de la sorte :

  • Une portion de cet aliment contient 65 grammes.
  • Cette portion contient 126 kcal, soit environ 6 % de l’apport de référence total de 2000 kcal.
  • Avec cette portion, vous ingérez également 8,6 grammes de lipides, soit 12 % de la quantité totale de lipides que vous pouvez manger en une journée.
  • Dans ces 8,6 grammes de lipides, 2 grammes sont des lipides saturés, soit environ 10 % de la quantité totale de lipides saturés qui peuvent être consommés en une journée.
  • Cette portion contient peu de sucres : seulement 0,3 gramme, soit moins d’1 % de l’apport journalier total recommandé.
  • Le sel est quant à lui présent en grande quantité : 20 % de la quantité totale de sel que vous pouvez ingérer en une journée, soit environ 1,25 gramme.

Attention : la portion indiquée n’est pas définie par la loi et peut parfois grandement différer des portions que vous consommez réellement. Ainsi, la portion indiquée sur un grand paquet de chips peut être de 25 grammes alors que ce paquet contient 150 grammes de chips. Comparez donc systématiquement la portion indiquée à vos habitudes alimentaires.

Haut de page

Allergies et intolérances

Allergique ou intolérant ?

Comment les allergènes sont-ils indiqués ? Toutes les lettres majuscules et/ou imprimées en gras dans la liste des ingrédients concernent des produits qui peuvent causer des réactions allergiques ou des intolérances. La réglementation européenne FIC impose que les 14 allergènes suivants soient systématiquement mentionnés s’ils sont présents dans le produit:

  • gluten
  • crustacés
  • œufs
  • poisson
  • arachide
  • soja
  • lait (y compris lactose)
  • fruits à coques
  • céleri
  • moutarde
  • sésame
  • lupin
  • mollusques
  • sulfites

Êtes-vous allergique ou intolérant(e) à l’un ou plusieurs de ces produits ? Si oui, faites alors bien attention aux indications écrites en petits caractères du type « peut contenir des traces de… » ou « fabriqué dans une usine où des … sont également utilisés ». Certains allergènes peuvent en effet parfois arriver involontairement dans d’autres denrées alimentaires par contamination croisée.

En savoir plus sur les allergènes

Haut de page

Numéros E

Qu’en est-il des numéros E ?

Les numéros E n’ont aucune valeur nutritive. Ils apportent avant tout plus de couleur, plus de goût et/ou une meilleure durée de conservation. Contrairement à ce que beaucoup s’imaginent, tous les numéros E ne sont pas synthétiques mais souvent d’origine animale ou végétale. Par exemple, E300 signifie vitamine C et E901, cire d’abeille.

Un cadre légal définit la quantité maximale de ces produits (d’origine animale, végétale ou synthétique) pouvant être ajoutée dans une denrée alimentaire. En outre, un
numéro E est une garantie que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a vérifié ces produits et les a jugés sans danger.

Haut de page

Autres informations sur l’étiquette

Les données sur l’étiquette vous aident à faire un choix sain. De plus, elles vous permettent de comparer plusieurs produits et certaines informations doivent obligatoirement figurer sur l’étiquette pour des raisons légales.

Ces données obligatoires sont :

  • la dénomination de vente
  • les ingrédients (avec mention des éventuels allergènes)
  • la valeur nutritionnelle
  • le contenu ou le poids net
  • la date limite de consommation
  • les conditions de conservation et d’utilisation
  • les données du fabriquant, de l’emballeur ou du vendeur
  • le lieu d’origine ou de provenance
  • le mode d’emploi (si applicable)
  • le taux d’alcool (si applicable)

De plus, le fabricant peut ajouter certains éléments supplémentaires sur l’étiquette. N’oubliez pas que l’objectif premier est ici de rendre le produit plus attrayant à vos yeux.

Indications volontaires :

  • les Repères Nutritionnels Journaliers (GDA)
  • l’apport journalier recommandé (AJR)
  • les allégations nutritionnelles et de santé
  • les labels et les logos
  • le numéro de lot
  • le code-barres

Haut de page

Allégations

Il n’est pas rare de voir sur l’étiquette certaines allégations ou affirmations du type « light », « riche en fibres » ou « anti-cholestérol » grâce auxquelles le fabricant entend vous communiquer des informations supplémentaires quant aux bienfaits pour la santé qu’offre son produit. Mais dans quelle mesure ces allégations sont-elles fondées ?

Il est important de noter qu’il existe une distinction entre allégations de santé d’une part, et allégations nutritionnelles d’autre part, et que ces deux types d’allégations sont régies par un cadre légal.

Allégations de santé

Les allégations de santé avancent qu’un certain produit est bénéfique pour l’organisme. « Anti-cholestérol » en est un exemple classique.

Toutefois, ces allégations peuvent uniquement être utilisées si elles figurent sur la liste approuvée par l’EFSA (l’Autorité européenne de sécurité des aliments) et si elles ont été évaluées par cette instance. De manière générale, ces affirmations sont dès lors claires et fiables.

Quelques autres allégations de santé connues.

  • Les fibres de seigle contribuent à une fonction intestinale normale ;
  • La vitamine A contribue au maintien d’une vision normale ;
  • Le calcium est nécessaire à la croissance et au développement de l’ossature ;
  • La vitamine C renforce vos défenses naturelles.

Vous pouvez consulter la liste complète de toutes les allégations de santé approuvées sur le site de l’Union européenne. Sachez également que les affirmations vagues du type « source d’énergie » et « bon pour la santé » ne sont pas approuvées par l’EFSA parce qu’elles ne sont pas suffisamment mesurables.

Allégations nutritionnelles

Une allégation nutritionnelle est une affirmation positive concernant la composition d’un produit, comme « light », « sans sucre » ou « riche en fibres ». Tout comme les allégations de santé, les allégations nutritionnelles sont aussi régies par un cadre légal européen.

Vous trouverez ci-dessous la liste complète des allégations nutritionnelles autorisées (cliquez sur le lien pour connaître le contenu précis de l’allégation). Ici aussi, n’oubliez pas de faire preuve de bon sens : une affirmation du type « contient de la vitamine B » sur des friandises ou une allégation du genre « source de fibres » sur un paquet de chips semblent toutes deux peu convaincantes.

Méfiez-vous également de l’indication « light » sur les paquets de chips. En effet, cette allégation peut être utilisée dès qu’un produit contient 30 % de calories OU de sucres OU de matières grasses en moins qu’un produit comparable. Dès lors, des chips light contenant 30 % de matières grasses en moins que des chips normales peuvent en même temps contenir davantage de sucre, raison pour laquelle elles ne sont pas nécessairement meilleures pour la santé…

Haut de page

Allégations nutritionnelles en détail

Une allégation nutritionnelle est une affirmation positive concernant la composition d’un produit, comme « light », « sans sucre » ou « riche en fibres ». Tout comme les allégations de santé, les allégations nutritionnelles sont aussi régies par un cadre légal européen.

Pour utiliser une certaine allégation nutritionnelle, les conditions suivantes doivent être satisfaites :

Faible valeur énergétique

Cette allégation est vraie si un produit contient moins de 40 kcal pour 100 grammes ou 20 kcal pour 100 millilitres.
Une condition supplémentaire s’applique aux édulcorants : ils ne peuvent contenir que 4 kcal par portion.

Valeur énergétique réduite

Dans ce cas-ci, le produit contient 30 % d’énergie en moins (exprimée en kcal ou kJ) et le fabricant est tenu de préciser quelle propriété rend ce produit plus pauvre en énergie.

Valeur énergétique nulle

Cette allégation peut uniquement être utilisée si le produit contient moins de 4 kcal pour 100 millilitres. Ici aussi, les édulcorants peuvent seulement contenir 4 kcal par portion.

Pauvre en matières grasses

La teneur en matières grasses d’un produit s’élève à maximum 3 grammes pour 100 grammes ou 1,5 gramme pour 100 millilitres. Exception faite du lait demi-écrémé, qui ne peut contenir que maximum 1,8 gramme de matière grasse pour 100 millilitres.

Sans matières grasses

La teneur en matières grasses s’élève à maximum 0,5 gramme pour 100 grammes ou 0,5 gramme pour 100 millilitres.

Pauvre en graisses saturées

La teneur combinée en acides gras saturés et trans s’élève à moins de 1,5 gramme pour 100 grammes ou 0,75 gramme pour 100 millilitres et maximum 10 % de la valeur énergétique est issue d’acides gras saturés et trans.

Sans graisses saturées

La teneur combinée en acides gras saturés et trans s’élève à moins de 0,1 gramme pour 100 grammes ou 0,1 gramme pour 100 millilitres.

Pauvre en sucre

La teneur en sucre s’élève à maximum 5 grammes pour 100 grammes ou 2,5 grammes pour 100 millilitres.

Sans sucre

La teneur en sucre s’élève à maximum 0,5 gramme pour 100 grammes ou 0,5 gramme pour 100 millilitres.

Sans sucres ajoutés

Aucun sucre ou substance aux propriétés édulcorantes n’est ajouté au produit.
Pour les denrées alimentaires contenant des sucres naturels, l’étiquette doit mentionner l’information suivante : « Ce produit contient des sucres naturels ».

Pauvre en sodium/sel

La teneur en sodium s’élève à maximum 0,12 gramme pour 100 grammes ou pour 100 millilitres.
Cette restriction ne s’applique pas à l’eau.

Très faible teneur en sodium/sel

La teneur en sodium s’élève à maximum 0,04 gramme pour 100 grammes ou pour 100 millilitres.

Sans sodium/sel

La teneur en sodium s’élève à maximum 0,005 gramme (= 0,0125 gramme de sel) pour 100 grammes.

Sans sodium/sel ajouté

Aucun sodium ou sel n’a été ajouté au produit et la teneur en sodium s’élève à maximum 0,12 gramme pour 100 grammes ou pour 100 millilitres.

Source de fibres

La teneur en fibres s’élève à minimum 3 grammes pour 100 grammes ou 1,5 gramme pour 100 kcal.

Riche en fibres

La teneur en fibres s’élève à minimum 6 grammes pour 100 grammes ou 3 grammes pour 100 kcal.

Source de protéines

Minimum 12 % de la valeur énergétique de la denrée provient de protéines.

Riche en protéines

Minimum 20 % de la valeur énergétique de la denrée provient de protéines.

Source de vitamines/minéraux

Le produit en contient la quantité minimale, telle que définie par la réglementation européenne.

Riche en vitamines/minéraux

Le produit contient au moins le double de la quantité minimale définie par l’intitulé « source de vitamines ou minéraux ».

Contient …

Le produit contient une certaine substance bénéfique à l’organisme. Pour les vitamines et minéraux, le produit doit au minimum être une « source de ».

Teneur en … augmentée

Le produit en contient au minimum une quantité importante, telle que définie par la réglementation européenne. De plus, la teneur est au minimum 30 % supérieure à celle d’un produit comparable (à l’exception des minéraux et vitamines).

Teneur en … réduite

La teneur est au minimum 30 % inférieure à celle d’un produit comparable (à l’exception des minéraux et vitamines).

Light

La teneur est au minimum 30 % inférieure à celle d’un produit comparable et le fabricant est tenu d’indiquer l’aspect auquel cette allégation s’applique. Il s’agit la plupart du temps de kcal, matières grasses ou sucres.

Naturel/naturellement

Cette affirmation peut être utilisée si le produit répond naturellement à certaines allégations ; par exemple, « le lait est naturellement riche en calcium ».

Source d’acides gras oméga-3

La teneur en acides gras oméga-3 est exprimée par 100 grammes de produit et pour 100 kcal. Il faut un minimum de 0,3 gramme d’acide alpha-linolénique (ALA) ou 40 milligrammes d’acides eicosapentaénoïque (EPA) et docosahexaénoïque (DHA).

Riche en acides gras oméga-3

La teneur en acides gras oméga-3 est exprimée par 100 grammes de produit et
pour 100 kcal. Il faut un minimum de 0,6 gramme d’acide alpha-linolénique (ALA) ou 80 milligrammes d’acides eicosapentaénoïque (EPA) et docosahexaénoïque (DHA).

Riche en graisses monoinsaturées

Minimum 45 % des acides gras présents dans le produit sont dérivés de graisses monoinsaturées, lesquelles représentent plus de 20 % de sa valeur énergétique.

Riche en graisses polyinsaturées

Minimum 45 % des acides gras présents dans le produit sont dérivés de graisses polyinsaturées, lesquelles représentent plus de 20 % de sa valeur énergétique.

Riche en graisses insaturées

Minimum 70 % des acides gras présents dans le produit sont dérivés de graisses insaturées, lesquelles représentent plus de 20 % de sa valeur énergétique.

Haut de page

Essayez l’appli

dl_app_storedl_play